- À Lire à Lyon-France & Monde
  •  
  •  

À LIRE À LYON-FRANCE & MONDE


POURQUOI CE JOURNAL ?

_________________________________


_________________________________

05/11/2013

L’ÉTAT DU MONDE - VU AUTREMENT ... !

Heureux celle, celui qui peut s’informer à travers la Presse, en lisant son journal, son magazine, en écoutant la radio ou bien encore, en regardant une télévision digne de ce nom !

 

Sans oublier Internet, capable du pire et du meilleur, qui se moque pourtant de la plupart des barrières que la censure impose et cela, en traversant la majorité des frontières que les Hommes n’ont su dresser que par faiblesse, par cupidité ou par non sens. Ce média nous tient en haleine, lorsqu’un événement marquant, s'en vient d'un point du globe, troubler quelque peu notre pseudo tranquillité.

 

Les exemples ne manquent pas, et en écrivant ces quelques lignes, nous participons à son écho.

 

Car s’informer c’est être à « l’écoute « de la marche du monde, l’accompagner dans son évolution, bonne ou mauvaise ; c’est également suivre son développement et être si non en accord avec son processus, du moins vivre avec lui, en symbiose afin de devenir l’une des multiples pièces du puzzle en actrice/acteur citoyen(ne) capable non seulement de participer mais aussi, d'influer et contrer tant soit peut, une dérive qui pourrait survenir.

 

Cela suppose bien entendu, des Journalistes aguerris, investigateurs, femmes et hommes motivés par et pour leur fonction, incapables de se plier à une législation qui serait abusive ou contraire au bon Droit. Des femmes et des hommes résistants à la fois au Pouvoir Politique  & au Pouvoir de l’Argent, qui pourraient mettre à mal la qualité de leur travail et nuire considérablement non seulement à l’exercice de leur profession mais, venir à l’encontre de la déontologie et de l’éthique qui président à l’exercice de ce noble métier.

 

La Liberté de la Presse est souvent sujette à caution. Le Journalisme et le rôle de communicant sont parfois imbriqués subtilement et, si la différence n’est clairement définie, marquée, annoncée, cela peut favoriser un résultat peu crédible et déprécier considérablement la qualité, l’objectivité de l’information.

 

Il est plus facile d’évoquer l’Objectivité que la Vérité, cette dernière est difficilement appréciable, subtile, au point que son discernement devient selon le cas plus qu’aléatoire, puisque selon les circonstances, elle peut varier d’un lieu à un autre, d’un individu à un autre ; pourtant nous devrions tendre vers celle-ci, nous aurions à y gagner en dignité … !

 

Autre aspect et non le moindre du Journalisme, du métier de Journaliste ; chaque année bon nombre de ces professionnels paient le prix fort !

 

Kidnappés, emprisonnés, torturés, assassinés, parfois disparus tels « Fred Nérac - Irak 2003, Guy-André Kieffer - Côte d’Ivoire 2004 » ! Ils signent de leur sang cette INFORMATION qui nous importe et que nous importons de nos médias !

 

 Cette Information qui nourrit notre esprit et participe à notre connaissance, à la construction de notre « Savoir », nous le devons à ces Journalistes de terrain, qui au prix parfois de leur Vie, font la preuve d’un Savoir-faire prouvé, trop souvent jugé téméraire, au regard des circonstances dangereuses évidentes, au milieu desquelles ils travaillent mais, ce Savoir-être est RESPECTABLE, il ne peut être discuté, remis en question, surtout lorsque les trois-quarts du temps nous sommes bien calés dans un fauteuil, confortablement attablés devant un plat savoureux, ou encore accoudés de manière conviviale, à refaire le monde au comptoir du café du commerce, à point d’heure, alors qu’à l’autre bout de ce même monde, des femmes et des hommes journalistes, ont mis de côté pour nous servir, un instant leur peur !

Hubert Beuve-Méry fondateur et patron du Monde (le premier numéro sortit des presses le 18 Décembre 1944) ne manquait pas d’affirmer, outre le fait de marquer le respect à la Personne ; la nécessité de vérifier l’Information, de la Source à la Rotative demeure impérative … !       

 

Pour Ghislaine Dupont & Claude Verlon

 

Radio France Internationale

 

Kidal, ce 2 Novembre 2013  - Mali -

 

 

Marc POTY

 potymarc@gmail.com

A Lyon, ce 5 Novembre 2013




  © La Tribune de Genève © A LIRE A GENÈVE-SUISSE & MONDE ®
http://alireagenevesuissemonde.blog.tdg.ch/


  Tél. : +33 (0)  603 115  857

 
  ©
www.alirealyon.fr ® <http://www.alirealyon.fr/>


  Un journal qui se veut un lien entre tous les Hommes…!


 
© M.P.PHOTOS-LYON ®

 
  - Hola!  Bonjour ! Hello! buongiorno ! Shalom ! Parev ! salam ! sabah el kheir !  
marhaba !  Добрый день  (dobrii den) / Здравствуйте (zdravstvuite) ! nǐ hăo ! -


 
 « André-Marie Ampère affirmait que la Politique devait rendre les Hommes meilleurs » ...! 


« Le Temps devrait changer de vitesse quand on est heureux. Il devrait s’attarder un peu, marquer le pas … »

 

  Contact :

Reporters sans frontières

 

http://fr.rsf.org/




_______________________________
1914 - 1918 - LA GRANDE GUERRE

_____________________________

01/08/2012

1914 - 1918 - LA GRANDE GUERRE

 

__________________________________________________________________

1914 - 1918 ! LE CAUCHEMAR DES PLUS HUMBLES !

__________________________________________________________________


"C'est sans aucun doute après cette terrible épreuve, que les Femmes auraient dû obtenir (gagner) par leur seul mérite, le Droit de Voter et, pas aussi tardivement, le 21 Avril 1944 " ...!


________________Guy Lambert, La Grappe d'Or - 26600 Tain l'Hermitage & Marc Poty_________________


_________________________________

À Lire à Lyon-France & Monde

__________________________


______________________________________

 

Ce journal se veut indépendant...


Certes ...!

 

Quoique, par la force des choses, nous soyons toujours dépendants de quelque chose ou de quelqu'un.


Du Papier, de l'encre, de l'énergie, sans oublier cette économie placée au cœur d'un système vénéré puisque libéral, où la seule loi de l'argent semble toute disposée à gouverner, jusqu'à notre Raison, mais aussi et, plus sûrement, le public lecteur, qui si nous ne respectons pas l'éthique et la déontologie, réglera un beau jour sans appel, notre sort ... !

 

Trois rubriques étayent ce journal : Politique, ONG, Amérique Latine - Lyon & - Vignes & Vins.


•        & Correspondance Latina :

_________________________________

 

 

Marc POTY

 

A Lyon, ce 17 Mai 2011

 

Rédacteur en chef

potymarc@gmail.com 

www.alirealyon.fr

__________________________

© M.P.PHOTOS-LYON ® 

___________________________  

Journaliste 

© 
   LaTribune de Genève ©  A LIRE A GENÈVE-SUISSE & MONDE ®
http://alireagenevesuissemonde.blog.tdg.ch/

__________________________________________________________________________________________

______________________________________

L'Ethique des Politiques & des Journalistes

______________________________________

Sans éthique, les Politiques et les Journalistes 

ne peuvent contribuer à une avancée humaine sur le plan mondial ...

____________________________________________________________



28.06.2011

• UN POÈTE QUI DÉFIT LE TEMPS & L’ESPACE

 

AUJOURD’HUI  KHALIL GIBRAN !

 

Après la Place Bellecour de Lyon et sa verdure controversée, nous souhaitons juste venir après l’Aéroport de Lyon-Saint-Exupéry mettant en en scène et en phase son environnement & son évidente modernité, vous évoquer à l’orée de ces vacances prochaines de ce bel été cuvée 2011, pour ceux qui auront la chance et le bonheur d’en profiter, mais également pour toutes celles & tous ceux qui resteront entre leurs murs, de leur « cité » et ce, pour de multiples raisons qui échappent parfois à la raison et, ce qui pourrait aller de soi, pour bon nombre d’entre-nous qui ont quelques difficultés à  le comprendre et même à l’apercevoir, alors que d’autres possèdent un mal fou à l’accepter ; venir comme un rayon de soleil caresser vos carreaux pour vous entretenir, en ce moment de  « Soldes Incroyables puisque pitoyables » où l’on vous pousse à acheter tout et n’importe quoi, histoire de booster à la fois le commerce & d’une certaine façon votre frénésie dépensière, vous prouvant à vous-même, que d’une certaine façon vous existez et que votre personnalité, votre tempérament s’accommodent parfaitement de ces articles indéfinissables …

 

 

Souvent mis « exprès en rayons » pour satisfaire uniquement aux besoins de l'événement et qui, la plupart du temps, croyez-le bien, ne sont point des invendus comme vous pouvez légalement le supposer, types petites ou grandes tailles, défauts marqués ou peu remarquables mais, bien des produits achetés pour la circonstance, au prix en vigueur sur le « marché », très souvent sur celui de l’importation qui, selon le cas et le lieu d’origine de la fabrication, au plus près de nous le Maghreb et au plus loin, la Chine & l’Inde qui se concurrencent à « coûts » de manœuvre extra-bon-marché, ainsi tenteront-ils de nous combler seulement un temps, puisque tout aussi « économiques »sont-ils par le prix, tout autant ils le sont et bien davantage par leur qualité et de ce fait ne peuvent décemment « vivre » durablement  ...

 

 

Aussi, après cette marée humaine chargée en addiction consumériste, après cette vague d’informations qui a rendu malade un certain nombre d’entre-nous avec ces révélations médicamenteuses & ses bactéries sournoisement véhiculées, jugées contraires aux principes d’une bonne Santé,puisque pour les unes prescrites abusivement et sans discernement et pour les autres, « mystère et boule de gomme » puisque les circuits de la Grande Distribution n’ont pas été inventés pour satisfaire à la fois le fournisseur, le client et le salarié mais bien plus l’actionnaire qui se nourrit de substances moins sommaires ; après la vague de tsunamis politico-amicaux-financiers & nucléaires, venue irradier un réveil révolutionnaire des pays du désert où poussent ça et là, selon la latitude géologique, les derricks pétroliers et les oligarchies totalitaires assoiffées d’or et d’argent et de pouvoirs absolus ; après ces folies guerrières et meurtrières, ces exodes obligés, ces famines débordantes et déshonorantes pour nous, pays repus mais oh ! Grand jamais, éternellement insatisfaits; après ces religions malmenées puisque dévoyées ; après ces charlatans déguisés en élus du Peuple qui, quoi qu’ils disent quoi qu’ils fassent, de l’intérieur du gouvernement ou dans les multiples camps de l’opposition, fomentent des actions contraires aux principes, aux valeurs & aux intérêts de la République. Voici un recueil de pensées digne de figurer entre toutes les mains, de quoi nettoyer parfaitement la cervelle, le cœur et l’âme, en ce troisième Millénaire qui se voulait dit-on moins matériel, sans doute plus spirituel et davantage humain … !

 

 

Khalil Gibran, écrivain d’origine libanaise (1883 – 1931) pour la première fois abordé  il y a de cela une dizaine d’années grâce à cette lecture que nous partageait Nadia Z., une relation bien amicale et toute marocaine, un poète qui nous a laissé en guise de testament plusieurs ouvrages dont la liste fait suite à nos modestes réflexions, en autre « le Prophète » écrit en 1923, histoire de nous réconcilier avec nous-mêmes et avec notre environnement. Grâce à ses écrits,sur le ton de l’entretient Khalil Gibran a acquis une dimension internationale,une notoriété exceptionnelle et exemplaire en marge de tous les Prix qui auraient pu le couronner et surtout de toutes les critiques qui ont tenté désespérément en s’acharnant sur lui de le détruire pour l’anéantir à tout jamais.

 

Mais, Khalil Gibran n’est pas le colosse de Rhodes, et les tremblements de terre ne l’ont jamais jeté à bas pour le réduira en poussière aussi, poursuit-il inexorablement son chemin à travers le monde et depuis lors,des millions de lecteurs étanchent leur soif de connaissances en buvant sans modération la sagesse à la source de ses œuvres. Khalil Gibran continue de briller et de s’imposer à travers le temps, comme une valeur sûre, comme un exemple si non de vertu du moins une référence porteuse de tous les espoirs, capable de nous ressourcer de ses patientes et constructives observations. Ce messager de la Paix, de l’Amitié, de l’Amour mérite toute notre attention,surtout en ce début de siècle empreint d’incertitudes et de tous les vices mercantiles que notre société hyper consommatrice de gaspillage tente par mille procédés et, stratagèmes perfides de nous imposer.

 

 

Mais, donnons voulez-vous noblesse oblige, pour illustrer et clôturer nos modestes propos la parole à Khalil Gibran, afin de mieux cerner et pénétrer ses sentiments et ses ressentis, pour mieux nous imprégner de sa vision globale sur notre univers tout chargé d’inconnues et de mystères, pour nous approprier cette manière qu’il avait de discerner avec lucidité nos tourments et nos appréhensions, afin de mieux comprendre ce que nous considérons comme des énigmes ou d’apparentes difficultés et qu’il n’a cessé habilement de démonter, tel un jeu de meccano pour nous apporter la preuve parfois déconcertante que nous aussi nous sommes, si nous le souhaitons sincèrement en mesure de surmonter ces équations et, si non nous en rendre maîtres, du moins, nous en rendre un peu moins dépendants.

 

 

 

Cet enseignement aussi compréhensif qu’assimilable que ce peut,pour que nous soyons nous aussi en mesure de faire corps avec ce cosmos qui nous fascine et nous interroge à la fois, avec pour seule compagnie cette droiture à nos yeux considérée si évidente et légendaire chez Khalil Gibran A sa manière nous devons par obligation faire union avec notre environnement ; si nous souhaitons y vivre si non plus heureux du moins plus en harmonie. Alliance et communion parfaite que nous nous devons à nous-mêmes mais également à nos semblables mais, aussi à l’ensemble de ces éléments qui participent et composent notre incroyable quotidien … !

 

Principalement lorsque nous sommes conscients de notre époque qui se veut résolument moderne en se réclamant sournoisement avancée. Elle n’est en définitive que plus résolue à la rentabilité et donc tournée exclusivement vers le matériel et le profit ; ce vers quoi et bien malgré nous, elle ne cesse de vouloir par des voies tortueuses mais bien étudiées et par de perfides communiqués  mensongers nous entraîner …


Parlant de l’Amitié :

 

·        -« Votre ami est celui qui répond à vos besoins.

 

Il est le champ que vous ensemencez avec amour et moissonnez avec reconnaissance.

Il est votre table et votre foyer.

Car vous venez à lui avec votre faim, et vous le recherchez pour obtenir la paix.

Quand votre ami parle avec franchise, vous ne craignez pas le « non » ni ne retenez le « oui » qui vous vient à l’esprit.

Et quand il garde le silence, votre cœur ne cesse pas d’écouter son cœur.

Car en amitié toute pensée, tout désir,toute attente naissent et se partagent sans un mot, avec une joie secrète.

Lorsque vous vous séparez de votre ami, vous ne souffrez pas.

Car ce que vous aimez le plus en lui peut vous apparaître plus distinct en son absence, de même que pour le grimpeur, la montagne est plus distincte vue de la plaine.

Et en amitié, n’ayez d’autre but que l’approfondissement de l’esprit.

Car l’amour qui cherche autre chose que la divulgation de son propre mystère n’est pas de l’amour mais un filet jeté à l’eau : et seul l’inutile est pris.

 

Et que le meilleur de vous-même soit pour votre ami.

S’il doit connaître le reflux de votre marée, qu’il en connaisse aussi le flux.

Car, quel ami serait-ce si vous le cherchiez pour quelques heures à tuer ?

Recherchez-le toujours pour quelques heures à vivre.

Car, son rôle est de combler votre besoin,et non votre vide.

Et que dans la douceur de l’amitié, il y ait des rires et un partage des plaisirs ;

Car, c’est dans la rosée des petites choses que le cœur trouve son matin et se rafraîchit … ! »

 

Ainsi s’exprimait le poète Khalil Gibran,

 

 

Que l’ombre bienfaisante, rafraîchissante et, sans aucun doute pour bon nombre d’entre-nous réparatrice, de cet ouvrage,vous apporte au grand soleil de l’été, la plus reposante et la plus saine des lectures.

 

 

Bien à Vous

 

 

 

Marc POTY

A Lyon, ce 27 Juin 2011

 

 

©    La Tribune de Genève ©  A LIRE A GENÈVE-SUISSE & MONDE ®


http://alireagenevesuissemonde.blog.tdg.ch/.

Tél. : +33 (0)  603 115  857


www.alirealyon.fr

 

 

·             Khalil Gibran, (جبران خليل جبران) figure en bonne place parmi les poètes et peintres issus du Moyen-Orient, grâce notamment à son recueil : Le Prophète. Né au Liban (1883 à Bcharré - 1931 à New York), il a ensuite séjourné en Europe et surtout aux États-Unis où il a passé la majeure partie de sa vie. Chrétien catholique de rite maronite, son Église jugera hérétique son troisième livre, Esprits rebelles (l’appel du prophète), qui sera brûlé en place publique par le pouvoir ottoman en 1908. On l'a souvent comparé à William Blake ; il est appelé par l’écrivain Alexandre Najjar, le « Victor Hugo libanais ».




Le Prophète :

Écrit en anglais, le Prophète est une œuvre poétique faite d’aphorismes et de paraboles, livrés par un prophète en exil sur le point de partir. Aux grandes questions de la vie, celui-ci livre au peuple qui l’a accueilli pendant douze ans des réponses simples et pénétrantes. Des thèmes universels sont abordés, mais le fil conducteur reste l’amour. Ainsi est-il dit sur le mariage :

 

 

« Quand l’Amour vous fait signe de le suivre, suivez-le …, croyez en lui … Aimez-vous l’un l’autre, mais de l’amour ne faites pas des chaînes … Remplissez vos coupes l’un pour l’autre, mais ne buvez pas dans une seule coupe … Chantez et dansez ensemble, et soyez joyeux, mais que chacun puisse être seul … »

C’est ainsi que Le Prophète est parfois lu à l’occasion de mariages, essentiellement aux États-Unis. À côté des grandes questions de la vie pratique, comme le mariage ou les enfants, le lecteur découvre la connaissance de soi et la religion,conçue ici comme universelle. Ainsi, ce qui fait le succès du Prophète est son universalisme, apte à en faire le livre de chevet de tout un chacun,emportant l’adhésion par de grandes valeurs comme la liberté, l’amour, le respect de l’autre. En cela, le Prophète est un écrit totalement humaniste.

 

Publications du vivant de Khalil Gibran :

___________________________________________

  • 1905 Nubthah fi Fan Al-Musiqa (La musique)
  • 1906 Arayis Al-Muruj (Nymphes des vallées)
  • 1908 Al-Arwah Al-Mutamarridah (Les Esprits Rebelles)
  • 1912 Al-Agniha Al-Mutakasirra (Les ailes brisées)
  • 1914 Kitab Dam'ah wa Ibtisamah (Larmes et sourires)
  • 1918 The Madman (Le fou)
  • 1919 Al-Mawakib (Livre des processions)
  • 1919 Twenty Drawings (Vingt dessins)
  • 1920 Al-’Awasif (Les tempêtes)
  • 1920 The Forerunner (Le précurseur)
  • 1923 The Prophet (Le prophète), réed. Albin Michel 1990, 1996
  • 1926 Sand and Foam (Sable et écume), réed. Albin Michel 1990
  • 1927 Kingdom Of The Imagination
  • 1928 Jesus, the Son of Man (Jésus, fils de l’homme), réed. Albin Michel 1995
  • 1931 The Earth God (Dieu de la terre)

 

 

Publications posthumes :

__________________

 

  • 1932 The Wanderer (L’errant)
  • 1925-33 The Garden of the Prophet (Le jardin du prophète)
  • 1934 Prose and Poems
  • 1927-33 Lazarus and his Beloved
  • 1959 A Self-Portrait
  • 1960 Thought and Meditations
  • 1962 Spiritual sayings
  • 1963 Voice of the master (La voix de l’éternelle sagesse)
  • 1965 Mirrors of the Soul (Les miroirs de l'âme)
  • 1979 Death Of The Prophet
  • 1991 Eye of the Prophet (L’œil du prophète), Albin Michel
  • 1994 The Vision (Visions du prophète)

 

Divers textes et certains de ses précédents ouvrages ont été rassemblés sous les titres : Merveilles et processions, Le trésor de la sagesse, La voix voilée, Lettres à Mary (May) Ziyadé, L’envol de l’esprit, Les secrets du cœur.

 

 

- Fin de citation

___________________________________________________________________________________________

L’ENFANT DU PARTAGE, L'ENFANT DU DIVORCE :

_______________________________________________

20.11.2010



L’ENFANT DU PARTAGE

       

 

 

 

 

 

( Ecrit au mois d'Octobre 2005, toujours d'actualité en ce mois de novembre 2010)

 

pho1_279613.jpg

 

 

 

 

Toi l’Enfant conçu soit disant dans l’Amour

Tu en étais la fleur, tu en étais le fruit

Et puis de tes yeux tu as enfin vu le jour

A bras ouverts et tout sourire-te voilà accueilli

Tu devais grandir parmi les tiens

Entre tes deux parents qui s’aimaient

Nourri par l’un, par l’autre, choyé par les deux

Tu tétais rassuré comme il se doit, paisible et heureux

Mais ce que l’on ne t’avait surtout pas dit

Lorsque tu t’endormais dans les bras de ton Doudou

C’est que chez les Humains l’Amour n’est jamais infini

Et c’est pourquoi sans crier gare un beau jour il est parti

Il a disparu pour sa fondre dans la nuit

Lui de son côté, ton petit père

Elle, t’a conservé sans rien dire, sans même un merci

Ta vie a d’un seul coup alors basculé

Toi semblable à un oiseau tombé du nid

Une aile ou un cœur brisé qu’importe, tu n’as pu t’envoler

Ah ! Elles sont belles les paroles, les serments sous le gui

Dépassées par la réalité qu’elles sont ces paraboles

Le petit Jésus a dû porter un jour sa croix…c’est tout dire

Objet de partage te voilà soudain devenu

Chacun pour soi et Dieu pour tous, c’est bien convenu

Ta vie chez l’un, des miettes pour l’autre

Le reste, pour les adultes cela a bien plus d’importance

Boulot, auto, shopping, sorties, la vie comme au cinéma

Ton père tu as fini par l’oublier

Car loin de lui te voilà éduqué

Quant à ta mère que tu peux à peine supporter

Pour cet autre homme qui, ne représente rien pour toi

Tu fais partie de cette cohorte d’enfants trimballés par la vie

Dans des familles unies, recomposées décomposées

Qui n’en finissent pas d’exhaler leur malheur

Sur leur descendance en pleine décadence

Dans la Cité des Riches ou dans la Résidence des prolétaires

Ils le cherchent en vain ce coin de paradis sur terre

Car personne par ce fléau n’est épargné. A la grâce de Dieu ...

Cela nourri des juges, des avocats, des fonctionnaires

Plus tard, sans aucun doute et plus dramatiquement

Il faudra se mobiliser contre l’alcool et cette pernicieuse drogue

Le crime, le suicide, à quoi bon se le cacher

Car, l’Enfant dans la douleur erre sans raison, sans passion

Cela dépendra de sa capacité à affronter le pire et la peur

Vie réussie ou existence gâchée

Résultat d’un bonheur perdu à jamais retrouvé

D’autres pourtant réussiront contre vents et marées

A garder pied au milieu de la débâcle, à retrouver le bon chemin

 

 

Pour combien tombés en route en serrant le poing ?

 

 

 

 

Marc POTY

A Lyon, ce 31 Octobre 2005

www.alirealyon.fr

 

Photos : Ourson, M.P.PHOTOS-LYON

 

 Silhouette enfant :

http://www.justice.gc.ca/fra/pi/vf-fv/info-facts/sex_abu....

Ton Héritage,

 

Rémy, je t’ai à peine appris le nom des arbres, le nom des fleurs

De tous les animaux qui peuplent ton univers

Sans parler de ce soleil qui derrière nos montagnes, t’observe de l’aube à l’aurore

Et encore moins de cette vie d’homme qui t’attend sur notre terre

 

Ton regard s’est porté dès tes premiers jours sur notre monde

Sur le sourire de ta maman qui te comblait de son sein

Rien ne te satisfaisait plus que nos baisers sur ta bouche ronde

Et la chaleur de nos bras pour t’endormir repu et serein

 

Tu vois fils, je ne te laisserai point de richesses matérielles

Qui comblent à plaisir certains êtres gavés d’illusions,

Non rien que tant d’hommes appellent cela des merveilles

Et qu’ils ne tiennent entre leurs mains que pour combler leurs piètres passions

 

Je voudrai simplement te laisser des mots qui te diront combien il faut aimer

La vie, les hommes que tu rencontreras sur ton chemin et à la ronde

Qu’il faut d’abord et toujours  donner pour recevoir et surtout jamais désespérer

Et toujours croire que l’homme est le plus important au monde

 

Privilégie la connaissance en recherchant la vérité au travers  de  tout ce que tu apprends

Retrouve et honore par les livres l’expérience de ceux qui sont passés avant

Pars le cœur léger à la découverte de la planète des hommes

Grandis, demeure fier et remercie de tous ces jours que Dieu te donne

  

Papa


A Lyon, ce 21 Septembre 2007




Photo : Noirétable (Loire) M.P.PHOTOS-LYON

 

Marc POTY 

_______________________________________________________________________________

                                                

UN HYMNE A LA VIE

_____________________

 

Au cœur de Lyon, en silence, mais au milieu du tumulte de la cité, capitale des Gaules, berceau de guignol et patrie de nombreux personnages qui ont sillonné les rives du Rhône, de la Saône et du Beaujolais. Sous l’ère bienheureuse de ce roi lion en titre le sénateur Maire Gérard COLLOMB que l’on dit Socialiste, Franc-maçon & grand bâtisseur social devant l’éternel. Sous le règne non moins glorieux pour lui-même et miséreux pour son peuple, Jacques CHIRAC 1er, Président qu’il se dit de tous les Français, nombreux sont ceux femmes et hommes qui lui ont donné leur voix à contre cœur et contre toute attente, leur espoir déçu d’avance, a vu depuis son couronnement... ! Il y avait paraît-il péril en la demeure, la maison France prenait l’eau de toute part et donnait de la gîte par tribord d’une façon menaçante.

 

C’est dans cette ambiance « feutrée pour les uns ou agitée pour les autres » qu’est né un jour du mois de mars 2004, le Journal sur Internet, A LIRE A LYON-FRANCE... Sans rien demandé à personne, ni aux particuliers, ni aux entreprises. Aucune sollicitation auprès des collectivités territoriales pour un encart publicitaire qui aurait pu éveiller des soupçons sur l’impartialité du canard qui souhaitait s’ébattre lui aussi au milieu de la mare des grands.Pas le plus petit vermisseau de finance de la part d’un parrain ou d’un commanditaire et sans l’ombre bien sûr d’un philanthrope à l’horizon,existerait-il de part ce monde obscur médiatico-poltico-financier, pareil oiseau rare, en ce troisième millénaire menacé par la grippe aviaire...?

 

En fait,ce journal sur le Web se voulait modestement, l’observateur de ces élus du peuple, non pour les juger mais plutôt pour les suivre durant la trajectoire de leur mandat, tout au long de ce chemin non pas du succès de la personne qui emprunte les « voies » de son électorat fidèle à ses idées, à ses ambitions. Ni même pour celui ou celle qui souhaite prouver sa reconnaissance à ces bulletins incontournables sortis tout exprès de l’urne, afin de soutenir une cause qui sera monnayée ou bien encore contre un service à rendre. Non pas vers cette réussite outrancière qui se traduit souvent à plonger ses racines dans la nébuleuse des compromis calculés à l’avance. Rien de tout cela, non, simplement une forme d’accompagnement au fil des réalisations sociales achevées, au bout de ces objectifs humains atteints, qui contribuent sans aucun doute à faire un peu plus le bonheur de la communauté tout entière...!

 

Chausse-trappe de la profession, égoïsme de la part de celui qui confond volontairement ou par ignorance, Presse & Communication. Dédain de cet élu qui discerne mal en raison de sa pitoyable myopie, traduisez mépris pour cette Presse qui ne lui est pas acquise et dévouée. Mais également celui qui attend la retransmission fidèle de son message qui par ailleurs, dans l’insouciance, l'indifférence et souvent, par caprice ou par cupidité, néglige le média qui après coup ou après tout, n’évoque dans son esprit ni souvenir, ni référence.

 

Et pourtant, A LIRE A LYON-FRANCE c'est avant tout :

 

¤  A, pour être correctement référencé par l’alphabet dans les registres, répertoires ou annuaires.

 

¤ LIRE, car dans le cerveau de l’Intelligence Artificielle, il faut toujours se rapprocher de ce qui existe dans notre environnement, l’écriture électronique prédispose quand même à la lecture.

 

¤ A LYON, car ce journal sur le Web, par Internet, plonge ses racines dans ce terroir Lyonnais riche de plus de 2000 ans d’histoire.

 

¤ FRANCE, pays qui nous a vu naître, pays des Droits de l’Homme, pays des Révolutions et des grands Hommes.

 

- Notre support doit servir de tremplin à des populations cantonnées dans le silence, à l'image de cette " Terre de Larmes et d’Espoir ", d'un Chiapas qui nous intrigue et nous interroge, région du Mexique qui n’en fini pas de faire couler à la fois l’Encre et l’Injustice sur cette ancienne terre des Mayas.Elle nous entraîne toujours plus intensément à poursuivre notre découverte sur le vécu, le quotidien et le devenir, de ces milliers de Femmes, d’Hommes et d’Enfants qui n’ont d’autre ressource pour s’exprimer, que d’essayer tant bien que mal à se conserver en vie... !

 

- Ainsi trois rubriques animent ce journal :

- Politique

- Société

- Gastronomie

Cette chronique essentiellement élaborée autour du vin, nous paraissait d'autant plus importante, qu'elle se consacrait exclusivement à une boisson qui demeure sans égal le meilleur vecteur de communication. 

 

Une part importante d'attention et la nécessité de lui témoigner une large place dans nos colonnes trouve sa justification au cœur même des deux premières rubriques,relayant l'information d'événements qui ne peuvent se clôturer sans faire mention du verre de l’amitié.

 

C’est dire la place qu’occupe le vin dans le paysage de notre quotidien, même s’il doit nous pousser à la modération, nous le consommons actuellement moins que les générations passées certes, mais mieux, car nous bénéficions non seulement de la bénédiction de ces viticulteurs qui nous assurent de l’élever avec amour& tradition et surtout pour ce symbole culturel unique et sacré. Ce que malheureusement ne peut correctement nous enseigner à quelques exceptions, la Politique. Car même s’il lui arrive de légiférer sur cet élément liquide,ordinairement commercialisé en bouteille de 75 cl, elle reconnaît rarement la bonne mesure !

 

Lorsque la Société nous offre à la fois le meilleur et le pire, c’est sans doute avec raison que nous devons posséder la politique de précaution afin, de ne pas nous laisser prendre au piège de prendre au pied de la lettre tout ce qu’elle nous délivre. On risquerait sans quoi, de ne déguster que le goût du bouchon... !

 

- Et le temps passe, à accumuler les articles. Tout y passe sans que jamais personne ne se lasse, à croire que côté rédaction et côté lecteur la symbiose peut exister.

 

Serions-nous passés tout près du bonheur !?

 

Pourtant à y regarder de plus près, là entre les lignes, le rêve a si souvent laissé sa place au cauchemar. Même lorsque la guerre n’est pas passée très loin, elle a laissé quand même volontairement son empreinte ou son ombre au tableau !

 

Et nous sommes restés là sans trop réagir, guère concernés par toute cette mitraille qui nous passait au-dessus de la tête, pardonnez l'expression, nous contentant de "savourer" quelques textes, photos ou reportages cinématographiques et télévisuels nous apportant de temps à autre dans notre confort douillet, une étrange sensation qui ne pouvait nous laisser indifférents.

 

Parfois cette information nous arrache à notre quiétude, à cette somnolence qui nous envahit après une " trop rude " journée de labeur faite de renoncements et de compromis qui nous brisent le cœur et nous plongent dans l'ennui.

 

¤ Qu’importe, les feuilles de l'éphéméride se sont envolées au fil des saisons,nous permettant de poursuivre l’aventure jusqu’à aujourd’hui et venir vous exprimer encore plus clairement qu’hier, ce que nous avions entrevu.

 

- Une Économie qui nous ronge et nous rattrape et ne nous permet plus d’emprunter dans les mêmes conditions le même chemin, sur lequel nous devions affronter comme vous, ce dur combat pour la vie.

 

La liberté d’expression n’est pas un vain mot, elle se gagne, se mérite chaque jour.

 

Chacun en son âme et conscience jugera de l’opportunité de ce billet.

 

- Faire taire à tout jamais cette voix si misérable, qu’elle n’aurait jamais dû voir la lumière ou tout au contraire, soutenir ce verbe, qui se veut avant tout, une manière d'espérer, en donnant un droit de parole, à tous ceux qui ne l’ont pas,mais qui rêvent tous éveillés, à cet instant merveilleux qui viendra exaucer leurs vœux !

 

A l’image de cet enfant à naître, sans doute nous arrive t-il de penser que grâce à ce journal, nous avons ouvert les Yeux en nous ouvrant le Cœur... !

 

La presse serait là pour nous tenir en éveil ?

 

Cordialement.

 

Marc POTY

Rédacteur en chef

A LYON, ce 1er Février 2006

                  _______________________________________________________________                                          

Communiquer, l’art de faire connaître, divulguer,livrer, publier, transmettre, partager, mettre en lumière, établir une relation etc.

 

Dans ce terme il y a également communion : partager les mêmes idées.

 

Communauté possède la même racine, car elle exprime un groupe social dont les membres vivent ensemble, a des biens et des intérêts communs, on appelle cela collectivité.

 

Ce qui nous conduit tout naturellement à la Commune, celle de Paris événement douloureux de cette fin du 19èmesiècle.

 

La commune de Berlin au cours du 20èmesiècle a connu le mur de la honte, 1968 fut également marqué par l’assassinat de plusieurs centaines d’étudiants de la commune de Mexico sur la place des Trois Cultures, tout comme Tiannamen à Beijing, où une répression sanglante fut infligée par le gouvernement chinois à son peuple.

 

La commune de Ramallah subit les affres de l’armée israélienne et dans le même temps la commune de Jérusalem subit la vague d’attentats suicide, cette ambiance nous amène tout droit à cette date d’anniversaire du 11 septembre pour évoquer deux drames dans deux communes diamétralement opposées :

 

 -Santiago au Chili, avec plus de 3000 personnes assassinées, 1200 disparues,depuis cette journée du 11 septembre 1973. Crimes réalisés  par la junte militaire au pouvoir sous les ordres du Général Augusto PINOCHET, dictateur au pouvoir de 1973 à 1990 et sénateur à vie ; soutenu en secret par les États-Unis mais qui avait,comme le soulignait madame Margaret TACHER (Premier Ministre de Grande Bretagne 1978/1990) lors d’une rencontre en 1998, dans la résidence Londonienne où se trouvait assigné l’ex dictateur, déclarait : « Le mérite, face à la montée du communiste au Chili grâce à son Président Salvador ALLENDE (1970-1973) qui avait en 1939 au titre de Ministre de la santé accueilli à Valparaiso des réfugiés Espagnols victimes également du régime d’un « illustre général dictateur » : Francisco FRANCO, vous avez su général PINOCHET, depuis, rétablir la démocratie » !

 

L’épisode de la guerre des malouines qui opposait l’Argentine à la Grande Bretagne en 1982 et l’aide apportée par le Général PINOCHET au gouvernement Britannique dans îles Falkland (qui possèdent de riches gisements pétroliers), n’est certainement pas étranger à cette marque d’attention !

 

 - Et puis, cette journée du 11septembre 2001, qui coûta la vie à 3025 personnes dans la commune de New York,suite à l’effondrement des tours du World-Trade-Center par deux avions de ligne ...???...!!!

 

Nous n’évoquerons pas les communes de plusieurs pays, victimes elles aussi de la répression ou de la guerre :

 

 - GRÉCE,  durant le Régime des colonels 1967/1974.

 

 - ARGENTINE, pour la période comprise entre 1976/983, 30 000 disparus.

 

 - AFGHANISTAN, IRAK, KOSOVO,l’ex URSS etc.

 

Heureusement, notre bonne ville de Lyon arrosée « par ses trois fleuves » n'a pas subi ces tourments. Elle se préoccupe de son image et de son rayonnement qui passe obligatoirement par un développement moderne certes, mais qui se veut résolument plus humain ! Elle souhaite le faire savoir.Mais nous devons nous méfier, la ville peut ressembler au livre de la jungle, aussi Grand soit-il, le Roi Lion peut être la victime des hyènes aux abois !

 

Concilier urbanisme et déplacement avec en priorité le respect de l’environnement, donc, une meilleure qualité de vie, qui passe nécessairement par des projets dynamiques où l’individu quel que soit son âge, sa situation sociale et du degré de sa mobilité, réduite, trouvent sa place harmonieusement dans la cité.

 

Face à l’accroissement du trafic automobile (estimation qui évoque une augmentation de 2% par an du parc des véhicules) nous allons rapidement atteindre le seuil de saturation provoquant mathématiquement l’immobilisation des voitures du fait de leur prolifération !

 

Proposer un mode de déplacement plus respectueux, moins polluant, plus convivial, intégrant les véhicules particuliers dans une certaine mesure mais,en privilégiant principalement les transports en commun au départ des parcs relais mis à la disposition de tous ceux qui arrivent en voiture à l’entrée de la ville. Le stationnement sous-terrain peut-être la solution optimum !

 

Revoir le trajet des grands axes de trafic (Nord-sud) qui ne peuvent décemment continuer à venir s’amalgamer sans raison au trafic urbain.

 

Proposer pour des courts déplacements et ceci en toute sécurité, la pratique de la marche, surtout pour le trajet domicile école, ce qui doit permettre aux enfants de ne plus avoir le désagrément de souffrir à cause des gaz d’échappement des véhicules lors de cette concentration aux entrées des groupes scolaires, de problèmes respiratoires et de retrouver le bruit naturel de la ville (chant des oiseaux, murmure des fontaines) étouffés ordinairement par le bruit occasionné par les moteurs non électriques.

 

Les rollers, trottinettes et vélos ont leur place dans le paysage de la ville pour peu que l’on prévoie pour ces derniers des axes de roulement sécurisés et des aires de stationnements adaptés.

 

Un meilleur équilibre entre tous les modes de transports doit être impérativement recherché pour le bien être de chaque citoyen.

 

L’information, l’éducation doit favoriser un autre type de comportement et influer sur nos modes de pensée. Le citadin doit posséder d’autres réflexes pour aller de son domicile à son lieu de travail, pour accompagner ses enfants à l’école, pour ses courses ou ses loisirs. Il doit pouvoir disposer d’un choix de transport en fonction de son parcours, de la distance et du motif de son déplacement, entre plusieurs options qui devront toutes inclure  un mode raisonné et compatible avec l’ensemble de la collectivité.

 

La vitesse étant un facteur de risques supplémentaire dans les accidents de la circulation impliquant véhicules et piétons, un abaissement de la vitesse doit être préconisé dans un périmètre délimité et le chiffre de 30 Km/h retenu, semble convenir parfaitement à tous les experts de la Prévention Routière.

Les journées sans voitures sont des expériences européennes menées conjointement dans plusieurs grandes villes pour inciter les personnes à s’approprier la commune différemment. Découvrir le Patrimoine public et privé, devient un rendez-vous culturel majeur de la rentrée lors de ces journées du 20 et21 septembre, pour Lyon il sera suivi le 22 par « une journée sans ma voiture » qui sera une date importante pour cette troisième édition.

 

Développer l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry afin de soutenir cette porte de France ouverte sur le Monde sera également un enjeu économique majeur.

Le réseau ferroviaire doit lui, assurer la connexion de Lyon avec les grandes communes de l’Europe et participer plus largement au transport du fret.

 

Alors, les élus seront jugés demain sur ce qu’ils entreprennent et mettent en œuvre aujourd’hui !

 

Marc POTY

 

 A LYON, CE 11 SEPTEMBRE 2003